Les Vignerons de Buzet, labellisés BEE FRIENDLY, accueillent leurs premières ruches et rappellent qu’il est possible de produire sans pesticides tueurs d’abeilles.

Les Vignerons de Buzet, 1er partenaire viticole à obtenir le label BEE FRIENDLY®, viennent d’installer quatre ruches dans leur vignoble, avec le concours des apiculteurs de l’Abeille Gasconne.

Dans le contexte des débats de la loi biodiversité sur l’interdiction des néonicotinoïdes et à la veille de la Commission Mixte Paritaire qui tentera de trouver un compromis sur le sujet, cette installation nous rappelle que cette coopérative viticole du sud-ouest produit du vin sans pesticides tueurs d’abeilles depuis 2014.

BF_InstallationRucheBuzet_052016

Fidèles à une viticulture respectueuse de l’Homme et de la Nature, les Vignerons de Buzet sont engagés dans la démarche BEE FRIENDLY® depuis maintenant deux ans. Quatre de leurs domaines (Château de Padère, Château de Bouchet, Château de Gueyze et Domaine de Brazalem) mettent en œuvre les pratiques viticoles respectueuses des pollinisateurs du label BEE FRIENDLY®. Ainsi, les vins sont produits sans aucune utilisation d’insecticides néonicotinoïdes ni de 24 autres pesticides toxiques pour les pollinisateurs (voir ICI).

Depuis l’obtention de ce label, les viticulteurs ont souhaité aller plus loin dans leurs actions afin de favoriser la concertation et l’échange entre viticulteurs et apiculteurs. En installant des ruches équipées d’un capteur GPS capable de les géolocaliser en temps réel et d’un système de pesée permettant l’analyse de leur état de santé, vignerons et apiculteurs disposeront de données chiffrées et quantifiables pour mesurer les impacts des actions menées au niveau de la vigne sur la ruche et sur l’environnement. Ces données prendront également en compte des facteurs extérieurs comme la météo, la saisonnalité, etc.

Pour Bertrand Auzeral, président de l’Association BEE FRIENDLY et apiculteur professionnel, « Il faut saluer l’engagement des Vignerons de Buzet pour les abeilles, qui depuis deux ans, prouvent qu’il est possible de se passer des pesticides tueurs d’abeilles dans la vigne. Cela rappelle que de nombreux producteurs sur le terrain sont prêts à ne pas utiliser ces produits et nos parlementaires doivent en tenir compte. »